Rosh Hashana avant, pendant et après la Shoah : une exposition virtuelle de Yad Vashem

A quelques jours de Rosh Hashana et des fêtes de Tishri, Yom Kippour et Souccoth, Yad Vashem propose une très intéressante exposition virtuelle d’avant, pendant et juste après la Shoah, sur les cartes de voeux de la nouvelle année et les objets liés à cette période.

Comment on se souhaitait  une bonne et heureuse année au début du 20ème siècle? Comment le faire en pleine tourmente de la Shoah? Comment respecter les commandements de Rosh Hashana ou Yom Kippour dans les ghettos ou les camps de prisonniers ou d’extermination? Et juste après la guerre, quand on est démuni de tout?

A travers des cartes postales, de photos, des objets religieux comme des shofar ou des livres de prières, sortis des collections de Yad Vashem, on voyage à travers le temps et les pays. Mais comme toujours, ce sont les histoires derrière chaque objet qui en disent le plus. Des histoires de famille, de combat, de résilliance.

Carte de voeux du Nouvel An envoyée de Varsovie par Gitta à son mari Schlomo Gorfinkel à Paris, le 26 septembre 1930.
Gitta rejoignit Schlomo à Paris et ils eurent deux enfants : Fanny et Daniel. En juin 1941, Schlomo fut arrêté et envoyé dans le camp de Pithiviers puis à Auschwitz. Schlomo fut assassiné à Auchwitz ; Gitta et les enfants survécurent.
Dans l’encadré à gauche, un message en yiddish :
« Ma chérie, je vais venir, avec de gracieuses fleurs blanches, empli de bonheur et débordant d’amour. »

Drouïa (Druja), Pologne, Meir Levitanus (auteur du don) et sa soeur Chaya Miriam Marla, 1941.
Archives photographiques de Yad Vashem n°8375/6

rosh hashana carte 1

Carte de “Shana Tova” (Bonne année) envoyée avec son portrait par Henia Lubliner de Siedllce, Pologne, à sa sœur Esther Herz (plus tard Kermersh-Cnaani) en Eretz Israël (Palestine mandataire) avant la guerre.

A l’heure où nous nous apprêtons nous aussi à célébrer Rosh Hashana dans des circonstances non habituelles – évidemment rien à voir avec la guerre mais pour beaucoup en étant isolé de leurs proches – cette exposition prend de fait une résonance particulière. Elle permet de relativiser la situation dans laquelle nous nous trouvons. Si d’autres, en des temps plus difficiles, ont su trouver la force pour surmonter les difficultés et marquer la nouvelle année et les fêtes de Tishri….nous y arriverons aussi.

Alors avec un peu d’avance, je vous souhaite à tous un shana tova vemetuka, une année d’abord pleine de santé, de joie, de projets et de découvertes.

 

rosh hashana clendrier
Calendrier réalisé pour le Nouvel An juif 5705 (1944-1945) par Emil Neumann à Bergen-Belsen

L’exposition ” En l’honneur de la nouvelle année ” de Yad Vashem est visible sur le lien https://www.yadvashem.org/yv/fr/expositions/rosh-hashana/index.asp

Yad Vashem est à nouveau ouvert au public, sur réservation préalable uniquement. Pour réserver votre visite, suivez le lien : https://forms.yadvashem.org/reservations

photo de couverture : Carte de voeux du Nouvel An envoyée de Varsovie au début des années 1930 par Miriam et Avraham-Simon Gorfinkel à leur fils Schlomo et leur belle-fille Gitta qui vivaient à Paris.
« Tes chers parents vous envoient à ta femme et à toi, du plus profond de leurs cœurs, tous leurs vœux pour une nouvelle année de santé et de bonheur, sous le signe de la prospérité et de la joie. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *