poubelle

Une poubelle qui dit merci, une application qui paie ceux qui ramassent des ordures .... les israéliens commencent à s'intéresser à l'environnement

A l’occasion de la COP 26 qui s’est déroulée cette semaine à Glasgow – et dont la délégation israélienne était la deuxième plus grande – j’ai eu envie de parler de 2 initiatives que j’ai récemment découvertes concernant la protection de l’environnement en Israël. Il faut dire que les israéliens ne sont pas les plus  » propres » et que l’on est souvent choqué par ceux – grands et petits, religieux et laiques, juifs chrétiens musulmans et autres – qui jettent leurs déchets par terre sans faire les quelques pas qui les séparent de la poubelle la plus proche. 

Alors voici 2 initiatives qui pour sûr ne changeront pas le cours du monde mais qui ont au moins le bénéfice d’exister et d’être simples à utiliser.

 

La 1èere poubelle israélienne qui dit merci est à Jérusalem

poubelle parlante Vous ne le savez peut être pas mais il existe à Jérusalem une poubelle qui vous dit merci quand vous jetez quelque chose dedans. Une fois que j’avais lu un petit article là dessus, je suis allée voir de mes propres yeux. Après une petite enquête – car aucun article ne mentionnait l’adresse de cette poubelle – je l’ai trouvée du côté de Pat, à l’arrêt de bus 9908 rue Berl Locker à côté du numéro 10.

C’est une poubelle qui ressemble à toutes les autres. Mais dès que vous jetez quelquechose dedans, elle vous remercie  soit en applaudissant ou en vous disant Yaffe Leha ( bien joué), Toda Kapara ( merci chéri ) ou même en yidish Ishkeyer ( bravo) (les traductions sont approximatives car certaines expressions sont intraduisibles…). 

Ce sont les habitants du quartier, à l’initiative de ce projet, qui ont enregistré leur propre message. Ils veulent ainsi inciter les gens à ne pas jeter leurs déchets dans la rue. Il faut croire que cela marche car il n’y avait pas un papier par terre autour de l’arrêt de bus. 

Des poubelles parlantes existent déjà dans d’autres pays. J’ai vu des poubelles qui remerciaient en chantant un petit air d’opéra…. Mais franchement c’est assez sympa comme initiative. 

Je précise pour finir que des volontaires du quartier débranchent la poubelle avant chabat et la rebranchent après pour que cela ne pose de problème à personne.

Voici comment ça marche – restez jusqu’à la fin pour le yidish

 

 
L’application CleanCoin paie ceux qui ramassent les déchets

clean coin

Un peu dans le même esprit mais à plus grande échelle, un jeune israélien de 21 ans a créé il y a quelques semaines l’application Clean Coin, la 1ère application qui vous paie quand vous ramassez des ordures.

Gal Lahat est un jeune israélien de 21 ans, très connecté avec la nature. Mais ce qu’il déteste le plus est de se promener dans un superbe paysage et de voir trainer par terre des déchets. Son idée est simple.

Si vous voyez des déchets trainer par terre, vous prenez l’endroit en photo et vous la mettez sur l’application Clean Coin. Automatiquement, l’application va indiquer l’endroit sur une carte et donner un score au tas d’ordure. Soit vous nettoyez l’endroit vous même ou vous laissez quelqu’un d’autre le faire. Celui qui aura nettoyer et envoyer une photo de l’endroit propre recevera des  » clean coins ». Ceux ci pourront être echangé en cadeaux. Un sac poubelle vaut environ 10 nis. 

clean coin screens

Les utilisateurs peuvent donc par la suite utiliser leurs clean coins pour améliorer leur visibilité sur l’application ( avoir un plus bel avatar etc…) ou acheter des choses concrètes chez les partenaires de l’application comme par exemple bénéficier d’une nuit gratuite à l’hôtel Abraham ou acheter des habits chez Billabong, Clean Coin a également des partenariats avec Azrieli, des agences de voyage, Burger King, des centres d’escalade, des clubs de surf etc…

Pour l’instant l’application n’est utilisable qu’en Israël mais son créateur a des demandes d’autres pays et devrait donc dans un futur proche étendre son champs d’action.

 

Pour en savoir plus : CleanCoin | Home (clean-coin.com)

 

Des questions, des commentaires sur cet article?
Contactez-nous 

Contactez-Nous