Beit Levi Eshkol : l’oublié de la Guerre des Six Jours

Beit Levi Eshkol : l’oublié de la Guerre des Six Jours

J’aime découvrir de nouveaux endroits et surtout apprendre de nouvelles choses. Deux objectifs atteints avec la visite du Beit Levi Eshkol, la maison de ce premier ministre qui semble avoir été un peu oublié par l’histoire.

Levi Eshkol, l’oublié de l’histoire

Cette année 2017 marque les 50 ans de la libération de Jérusalem, lors de la Guerre des Six Jours en juin 1967 – du 5 au 10 juin pour être précis.

Tout le monde connaît et a vu la photo des 3 soldats levant les yeux vers le Mur des Lamentations, le Kotel, libéré. Tout le monde connaît et a vu la photo du Rav Goren, rabbin des armées de l’époque, sonnant du chofar devant le Kotel. Tout le monde connaît et a vu les photos de Moshé Dayan, facilement reconnaissable à son bandeau sur l’oeil, de Ytshak Rabin et de Shimon Peres dans la vieille ville de Jérusalem libérée et au Kotel.

Mais avez-vous déjà vu une photo de Levi Eshkol à cette période ? Non !

Certains ne savent peut être même pas qui était Levi Eshkol, à part un nom de rues dans telle ou telle ville du pays. Il était le 3ème premier ministre d’Israël de 1963 à sa mort en 1969. Il succéda à David Ben Gourion ( de 1948 à 1954 puis de 1955 à 1963) et à Moshé Sharett ( de 1954 à 1955). Il a été celui qui a nommé Moshé Dayan, ministre de la Défense en juin 1967, poste qu’il occupait lui-même jusque-là, et lui a donné le feu vert pour combattre les armées égyptiennes et donc mener la Guerre des Six Jours qui rendra Jérusalem entièrement à Israël.

Un musée qui rend hommage à sa contribution

 

Le musée, appelé Beit Levi eshkol – la maison de Levi Eshkol – se situe au centre-ville, dans le quartier de Rehavia, dans l’ancienne résidence des premiers ministres israéliens, au 46 rue Ben Maimon. C’est une très jolie maison, qui avait appartenu à un haut fonctionnaire britannique avant son départ en 1948. Puis elle a accueilli les premiers premiers ministres israéliens, de Ben Gourion à Golda Meir. En 1974, Ytshak Rabin décide de s’installer dans une autre résidence un peu plus au centre, rue Smolenskin, l’actuelle résidence du premier ministre.

 

Le musée se situe au rez-de-chaussée de la résidence, le premier étage étant occupé par la Société Protectrice de la Nature, qui soit dit en passant, propose des expositions thématiques dans les jardins. Le décor a été reconstitué et on se surprend à avoir une pensée nostalgique pour l’intérieur de chez nos grands-parents, avec les meubles années 60 et les téléphones en bacélite noir.

Muni d’un Ipad, on déambule à son rythme dans le salon, où est projeté un film sur Levi Eshkol, ou dans la cuisine. Cette dernière apparaît sur beaucoup de photos d’archives de l’époque de Golda Meir puisque c’est ici qu’elle aimait recevoir et traiter ses dossiers, autour d’un café et de gâteaux qu’elle préparait elle-même. Les meubles ne sont pas ceux d’origine mais sont de la même époque et retracent donc parfaitement l’atmosphère de cette période là. Des photos et des documents sonores rappellent ces histoires. Enfin dans le bureau, on retrouve l’agenda de Levi Eshkol qui « s’anime » sur certaines dates, des écrans et photos qui tracent ses accomplissements en tant que premier ministre : la victoire de la Guerre des Six Jours – même s’il en reste le grand absent de la mémoire collective – ses relations avec les pays européens et les Etats-Unis, son implication pour le développement de l’agriculture et notamment les problèmes d’eau etc…

Une visite dans le temps et l’histoire très agréable et instructive, grâce à des techniques très modernes.

Visite sur réservation uniquement !

Musée Levi Eshkol
Adresse – 46 Sderot Ben Maimon
Téléphone – 02-631-3091
site internet – www.levi-eshkol.org.il/
Heures d’ouverture – dim à jeudi de 9h à 18h, vend de 9h à 14h – sam sur réservation
Tarif – adulte 20 NIS / enfants, soldats, bat shirout, étudiant, retraité, guides 15 NIS / forfait famille (2+2) 55NIS + 10 NIS par enfant supplémentaire

crédit photos : Yad Levi Eshkol

Related posts

Give a Reply